Comment avez-vous eu l’idée de faire du whisky ?

Le whisky étant de la bière distillée, il m’a semblé bien naturel de lancer cette activité, de plus c’est un alcool que j’apprécie tout particulièrement.

Depuis combien de temps La Rouget de Lisle commercialise son whisky ?

La première distillation a eu lieu en 1999 et nous distillons régulièrement depuis 2003

Où se trouvent les caves ?

La cave principale se trouve à la brasserie, mais nous avons à Nevy sur Seille, au pied de la roche de Château Chalon notre cave à « grands crus » où vieillissent nos plus beaux et meilleurs tonneaux.

Comment s’est passée la période de transition entre l’acquisition de l’alambic et les premiers whiskys produits, vieillis et commercialisés ?

Au départ, nous fabriquions « la petite bière » et nous faisions distiller chez le bouilleur de cru local, en 2010 il a été décidé de tout distiller en interne et l’achat de l’alambic s’est fait.

De quand date l’alambic ? Quelle est son histoire ?

L’alambic date de 1937 et se trouvait dans une petite coopérative du Gers qui fabriquait de l’armagnac. La coopérative ayant été rachetée par une plus grosse, il se trouvait à l’abandon et nous en avons fait l'acquisition tout en le modernisant notamment au niveau du bruleur. Sinon toutes les pièces, hormis les cadrans de températures, sont d’origine.

Quels alcools distillez-vous ?

Nous distillons principalement des alcools de grains, le whisky étant le plus connu, chez nous il est fabriqué uniquement avec du malt d’orge. Nous fabriquons aussi du Bourbon (à base de Maïs), du Rye (à base de Malt de Seigle) et du Genièvre (à base de malt d’orge, de malt de seigle, de malt de blé et de genièvre). Nous distillons aussi des alcools blancs, tels que la vodka et l’alcool de bière.

Comment est venue l’idée de la vodka ?

L’idée de la vodka était de produire un alcool blanc qui soit tout « terrain », afin de pouvoir le macérer avec de nombreuses plantes de la région et d’en faire des alcools aromatisés.

Quels sont les projets futurs au niveau des alcools ?

L’idée serait de continuer à produire des alcools de grains différents, tels que le Gin par exemple.